Une belle jeune femme qui prend du plaisir

Prends-moi comme une chienne

Paris 16eme, champagne, soirées mondaine, mais aussi partouzes et nuits folles. Angélique, directrice artistique pour une grande marque de vêtements était adulée et respectée au travail et heureuse en ménage. Le seul problème avec richard, son mari, c’est qu’il était trop guindé. Ayant subi une éducation stricte, il était un homme charmant, séduisant, mais manquant cruellement de piquant. Angélique aimait les jeux de force et au lit elle aimait jouer à la dominatrice ou se laisser dominer quelquefois pour changer un peu. Un samedi matin, alors qu’elle était à la maison, elle vit Lucas, le nouveau jardinier qui s’affairait prés des rosiers. Il devait se croire seul car il travaillait sans t-shirt. Par la fenêtre de la cuisine elle contempla ce corps musclé au teint halé et sentit un brin de chaleur dans sa petite culotte.

Après s’être bien rincée l’oeil, elle se décida à aller lui offrir à boire. L’homme, surprit de la voir, fit un mouvement dans l’intention de remettre son t-shirt qui dépassait de l’une des grandes poches de son pantalon. « Laissez, ce n’est pas grave » dit-elle en salivant presque devant les tablettes de chocolat. « Il fait chaud n’est-ce pas ? », il acquiesça tout en buvant son jus d’orange. « Je pensais cueillir des roses, vous voulez bien m’aider ? ». « Sans problème madame ». Lucas ne savait que penser. Il était sans t-shirt devant sa patronne, et elle ne portait qu’un déshabillé transparent d’où pointaient ses mamelons.

Elle se pencha pour cueillir des roses et il constatât qu’elle ne portait pas de culotte non plus. Elle se retourna avec un sourire des plus suggestif, « vous venez ou pas ? ». Il s’approcha, essayant tant bien que mal de cacher le renflement à l’avant de son pantalon. Elle se tourna vers lui, penchée, lui montrant les roses qu’elle avait cueillit : « elles sont belles ? ». Ce mouvement ouvrit un peu son déshabillé pour laisser entrevoir ses seins parfaits, une peau laiteuse à l’allure satinée. Lucas eut du mal à relever la tête pour lui répondre. « Oui, très jolies madame ». Angélique s’apercevait du trouble du jardinier et prenait un malin plaisir à jouer avec lui. De plus, elle avait constaté un gros changement dans le pantalon de Lucas. « Vous voulez les prendre ? ». Tendant les mains, Lucas prit les roses « oui, oui » et les mit dans un sceau. Une petite brise souleva un peu l’unique vêtement que portait Angélique et découvrit pendant un bref instant sa vulve. Voyant le regard de Lucas sur son intimité « oui, je n’ai pas de culotte, vous voulez voir ? ».

Elle détacha alors la ceinture qui retenait le linge, et se dévêtit complètement devant les yeux ébahis du jardinier. « Dis-moi quelles vilaines choses tu voudrait me faire ». Lucas se releva et la saisit, la collant à lui pour qu’elle sente son sexe en érection. « T’as la chatte bien mouillé ? Je vais exploser ta fleur d’amour. »

Angélique, ouvrit son pantalon « Je veux que tu me prennes, comme une chienne, vite, fort comme une bête ! ». Tout deux nus, se dévorant avec une férocité sans pareil, il finit par la plaquer au sol. La tête entre ses seins, il était fou de désir mais voulait jouer avec elle, Angélique n’y tenant plus lui agrippa le sexe « Prends-moi, maintenant ! », il continua à la caresser en frottant son sexe contre la chatte déjà toute mouillée de sa patronne. Elle le mordit à l’épaule et cria « enfonce-moi ta grosse queue ! Maintenant ! ». Il lui prit les poignets et les plaqua au sol pour la maintenir tranquille. N’y tenant plus, il la prit comme un sauvage, avec force, sans ménagement.

Ils haletaient tout les deux « Défonce-moi dit-elle », « je veux être ta chose ». Il redoubla d’effort pour satisfaire la patronne. Elle sentait montait le plaisir, elle enfonça ses ongles dans la peau de Lucas, « J’ai été vilaine, fais-moi mal, t’arrête pas ! ». Ils respiraient tout deux très forts et au moment de jouir elle cria comme la chienne qu’elle était, pendant que Lucas se répandit en elle.

Copyright 1er-sexe.com


Auteur

Angélique
Amoureuse de littérature érotique et croqueuse d’hommes invétérée, Angélique vous offre ses talents d’écriture et ses récits toujours emprunts de sensualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *