Eva et ses pompiers

Eva et son bataillon de pompier

Eva, secrétaire de 35 ans, avait depuis toujours eu une certaine attirance pour les hommes en uniforme. Gendarme, pompier, militaire’ S’il y avait bien une chose qui avait le singulier don de la rendre dingue, c’était les contrôles de routine. Elle sortait son permis avec grand plaisir dans ces rares moments. Elle aurait volontiers sortie autre chose si l’agent le lui demandait mais non, la carte grise semblait être tout ce qui importait à ces messieurs.

Elle passait tous les jours devant une caserne de pompiers en rentrant du boulot le soir. La simple vue d’un camion de pompier rentrant on sortant de la caserne suffisait à l’émoustiller. Alors elle s’arrêtait un peu plus loin pour se soulager en fantasmant. Si ces messieurs savaient quel brasier ils allumaient quand elle les voyait ! Ils se déplaceraient volontiers pour venir éteindre son feu ! Rien n’était plus sûr… Une fois soulagée, elle reprenait la route pour la maison.

Un jour, les pompiers passèrent chez elle avec leur joli petit calendrier à vendre. Eva sauta sur l’occasion. Elle les fit tous entrer, les fit s’asseoir et leur servit de la limonade. Elle jubilait à l’idée d’avoir tant d’hommes si serviables pour elle toute seule’ Elle en avait la culotte toute mouillée ! Elle ne fit pas de chichi « Messieurs vous êtes si gentils et serviables, j’ai toujours rêve de faire l’amour avec un pompier ». D’abord surpris, les pompiers croyant à une blague eurent presque tous des sourires gênés, mais l’un d’eux dit « On est là pour vous servir madame, c’est quand vous voulez ».

Pas besoin de le lui dire deux fois : les pompiers parlaient toujours qu’elle commençait déjà à caresser la jambe de l’un d’eux et à en voir la jolie bosse qui se formait dans le pantalon de l’homme, il n’y était pas indifférent. Les autres se mettaient à l’aise et certains lui mirent les mains sur ses genoux pendant que deux autres déboutonnaient leurs pantalons. Elle enleva le peignoir qu’elle portait pour se présenter à eux en tenue d’Eve et à entendre les compliments, les pompiers appréciaient sa plastique avantageuse. Ils l’allongèrent sur le divan pour lui écarter les jambes. Un autre pendant ce temps, lui léchait les seins alors qu’elle masturbait le sexe en érection d’un autre. Toutes ces mains, toutes ces bouches, ils étaient aux petits soins et elle adorait ça !

Eva branlait un homme puis elle se mit à genoux sur la tête d’un pompier qui était entre ses jambes tout en suçant le sexe d’un autre et en masturbant un troisième. Les autres attendaient sagement leur tour en se tripotant et en la caressant. L’un d’eux, n’y tenant plus, la mit à quatre pattes et la prit par derrière. Alors qu’il la culbutait, un autre vint se placer devant elle lui enfonçant sa grosse queue dans la bouche. Elle suçait et se faisait défoncer en même temps, les autres s’approchaient pour lui mettre leurs queues dans le cul ou dans la bouche à tour de rôle. Quand elle eut le cul bien défoncé, elle s’assit sur une autre queue pour se faire labourer la chatte cette fois, chacun attendait son tour et pour les faire patienter elle les suçait un à un.

C’était tellement bon de se faire monter à la chaîne par autant d’hommes si excitant… Ils avaient tous des tuyaux et des lances plus grosses les unes que les autres et ils les lui enfonçaient partout ! Elle était devenue un véritable jouet sexuel ! Les pompiers se précipitaient à tour de rôle pour venir éteindre le feu qui dévorait le sexe et le cul d’Eva. Les hommes jouirent partout sur le corps d’Eva qui se retrouva recouverte de foutre brûlant. Cet orgasme collectif provoqua en elle un véritable déluge de plaisir qui la fit atteindre le septième ciel comme jamais auparavant !

Copyright 1er-sexe.com


Auteur

Angélique
Amoureuse de littérature érotique et croqueuse d’hommes invétérée, Angélique vous offre ses talents d’écriture et ses récits toujours emprunts de sensualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *